< <
1 / total: 14

Introduction

A travers le temps, les hommes observèrent l’univers et tentèrent de résoudre ses énigmes. Pour répondre à des questions épineuses, de nombreux scientifiques firent des découvertes relativement importantes étant donné les restrictions de leurs époques. D’autres se firent remarquer en dépit du fait que leurs déclarations furent plus tard assimilées à des erreurs scientifiques.

Claudius Ptolémée était un scientifique et un philosophe du 2ème siècle à Alexandrie, qui était alors le centre des recherches scientifiques. Il observait les cieux afin de mieux connaître l’univers et la place de la Terre dans celui-ci et d’étudier les mouvements du Soleil, de la Lune et des étoiles. Il conclut finalement que la Terre devait être au centre de l’univers. Selon sa théorie, la Terre était inerte tandis que le Soleil, la Lune et les étoiles tournaient autour d’elle. Ses écrits attirèrent beaucoup l’attention. Traduits en plusieurs langues, ils eurent une grande influence, surtout sur la culture européenne. L’église catholique fonda sa théologie sur le modèle centré sur la Terre de Ptolémée. Peu de temps après, des bruits sur des contradictions au sein de la théorie se répandirent. Mais ils furent rapidement étouffés en raison de la grande popularité de Ptolémée. Or, une fois ces contradictions dévoilées il n’était plus possible de les ignorer. Au 15ème siècle, Copernic en démontrant les erreurs de Ptolémée s’opposa fermement à l’idée d’un univers centré sur la Terre. Au fil des siècles, on découvrit que la Terre est une planète évoluant autour du Soleil, n’étant lui-même qu’une étoile parmi des millions d’autres dans la voie lactée et que la voie lactée n’est qu’un exemple des innombrables galaxies composées d’étoiles.

Claudius Ptolémée
 

Claudius Ptolémée

Les hommes furent toujours fascinés par le feu et les flammes, mais ses énigmes ne furent toujours pas résolues. Vers la fin du 17ème siècle, un scientifique allemand, G.E. Stahl tenta de découvrir la source du feu. Suite à des expériences, il établit que le feu était causé par une substance invisible nommée phlogistique, qu’il croyait capable de pénétrer les objets et de s’en dégager. Tout objet contenant le phlogistique brûlait rapidement, alors que les substances dépourvues de phlogistique ne brûlaient pas. La fumée s’échappant de l’objet se consumant était assimilée à l’expulsion du phlogistique, à mesure que le matériau rétrécissait et s’affaiblissait. On croyait également qu’en étouffant le matériau brûlant, on empêchait l’expulsion du phlogistique et donc le feu de brûler. On observa cependant que les métaux ne rétrécissaient ni ne s’affaiblissaient à mesure qu’ils brûlaient. Aussi certains doutes émergèrent-ils à propos de la réalité du phlogistique.

Vers la fin du 18ème siècle, on découvrit que l’atmosphère est composée de différents gaz. Certains tentèrent d’expliquer les différents modes de combustion de ces gaz à l’aide de la théorie du phlogistique, mais les expériences menées avec l’oxygène révélèrent l’invalidité de la théorie. Grâce à ses observations sur la combustion de métaux dans l’oxygène, Antoine Lavoisier, scientifique français, découvrit que le poids du métal en train de brûler augmentait, tandis que la quantité d’oxygène diminuait. Ses expériences démontrèrent la source du feu. Les objets brûlent s’ils peuvent absorber de l’oxygène. La substance hypothétique appelée phlogistique n’avait jamais existé!

L’explication fournie quant à l’origine de l’électricité constitue un autre exemple des erreurs scientifiques de l’histoire. Dans les années 1780, le physicien italien Luigi Galvani mena des expériences avec des animaux et il tomba soudainement sur une nouvelle source d’électricité ou tout du moins le crut-il. Au cours de ses tests avec les grenouilles, il remarqua que les muscles de la patte de la grenouille se contractaient quand ils étaient en contact avec un métal. Il conclut alors que le métal extirpe de l’électricité des muscles et des nerfs des animaux.

Copernic
 

Copernic démolit le modèle de l’univers centré sur la Terre proposé par Ptolémée et adopté par l’église catholique. Le nouveau modèle plaça la Terre simplement comme un élément du système solaire.

Galvani n’avait fait l’expérience que sur une seule patte et avec un seul morceau de métal. Alessandro Volta, un de ses collègues qui soupçonnait la réelle explication de cette expérience, entama ses propres recherches sur la question. Il attacha donc les deux bouts d’un fil métallique à la patte d’une grenouille mais n’observa aucune contraction musculaire. Volta réfuta l’idée selon laquelle l’électricité pouvait provenir d’une grenouille ou d’un tout autre animal. L’électricité est produite par un courant d’électrons, et il s’avère que le métal conduit les électrons plus facilement. La théorie de “l’électricité animale” n’était qu’une simple erreur à un certain moment dans l’histoire.

feu,phlogistique
 

Longtemps après, on se rendit compte que le “phlogistique” n’était pas la source du feu.

Ces exemples démontrent à quel point dans le passé des théories totalement fausses ont pu être avancées. Les scientifiques furent piégés dans leurs erreurs que ce soit à cause du matériel de recherche rudimentaire de l’époque, à cause de leur compréhension limitée ou à cause de leurs préjugés. De toutes les erreurs scientifiques, la plus durable et la plus importante dans sa portée historique est la théorie à propos des origines de la vie. Cette théorie totalement illogique a une influence plus notoire que les exemples cités plus haut. Cette erreur, connue sous le nom de darwinisme, associe une vision du monde matérialiste à la foi en l’évolution.

évolutionnistes, Luigi Galvani
 

Les grenouilles furent également l’objet d’une erreur scientifique ayant trompé les évolutionnistes.

 

Luigi Galvani

Il fut un temps où cette théorie était considérée comme scientifique en dépit des preuves insuffisantes. Le livre de Charles Darwin L’origine des espèces était considéré incohérent, même à l’époque de sa publication en 1859. Il parvint néanmoins à susciter un intérêt dans certains cercles. Darwin fit des hypothèses sans le bénéfice des connaissances en génétique et en biochimie. Les affinités entre la théorie de Darwin et la philosophie matérialiste étaient claires. Darwin tenta d’expliquer les origines de tous les êtres vivants en termes de hasard et de facteurs matériels. C’est pourquoi sa théorie rejetait l’existence d’un Créateur. Il fallut une série de découvertes au cours du 20ème siècle pour démontrer que cette théorie était complètement fausse, irrationnelle et illogique.

Darwin, microscope
 

En examinant les spécimens avec l’équipement rudimentaire du 19ème siècle, Darwin ne se douta pas à quel point la vie était complexe, ce qui le conduisit à une grave erreur.

Dans quelques cercles scientifiques, le darwinisme reste une obsession, mais il n’en demeure pas moins que le darwinisme est mort. Toutes les suppositions scientifiques qui soutenaient autrefois la théorie se sont écroulées, les unes après les autres. Le darwinisme survit uniquement à travers une poignée de scientifiques fanatiques épousant la philosophie matérialiste sur laquelle il repose. Le monde du darwinisme ressemble à l’Union soviétique dans la deuxième moitié des années 80, lorsque l’idéologie communiste s’était effondrée mais que les institutions du système communiste demeuraient existantes. Les générations endoctrinées continuaient à épouser aveuglement l’idéologie communiste. En raison de leur dogmatisme, les systèmes communistes qui pour des raisons pratiques s’étaient effondrés parvinrent à survivre un peu plus longtemps. Des politiques comme celles de Glasnost et de Perestroïka étaient censées réformer et instiller un renouveau. Mais l’inévitable chute eut lieu.

technologies
 

Grâce au progrès, de nouvelles technologies humaines nous facilitent la vie quotidienne. Les avancées scientifiques révèlent également le véritable visage de théories dépassées telles que le darwinisme qui fut longtemps tenu pour valide en raison de l’ignorance de l’époque.

Longtemps avant cet effondrement, certains pressentirent l’épuisement du communisme. De nombreux observateurs occidentaux écrivirent que l’établissement soviétique ne pouvait que ralentir une chute inévitable pendant un certain temps.

modernes, scientifique
 

Les ordinateurs modernes remplacent désormais leurs prédécesseurs de la taille d’une salle entière, considéré à l’époque comme une machine très impressionnante (en bas à gauche).
Les télévisions en noir et blanc dont l’invention fut applaudie laissèrent la place à des télévisions en couleur à image parfaite. Les gramophones disparurent au profit des stéréos et des lecteurs CD modernes.

 

La théorie de l’évolution était généralement acceptée à cause du niveau scientifique insuffisant à l’époque. Le 20ème siècle prouva cependant que le darwinisme était démodé et entièrement faux.

 

Le téléphone d’hier et d’aujourd’hui

 

Un appareil photo du 19ème siècle et un modèle récent

 

Dans ce livre, nous décrivons comment le darwinisme était déjà révolu d’un point de vue scientifique. Il parvint à convaincre pendant quelques temps mais on se rendit enfin compte que la théorie ne disposait d’aucune base scientifique. Les idées ayant étayé le darwinisme pendant les 150 dernières années ne sont plus valables. Toutes les prétendues preuves de l’évolution ont été réfutées, une par une. Bientôt, tous les membres de la communauté scientifique œuvrant sous la désillusion d’une telle théorie verront enfin la vérité et s’étonneront de leur aveuglement. Comme le dit le scientifique suédois Søren Løvtrup: “Je crois qu’un jour le mythe darwiniste rejoindra les rangs du plus grand mensonge de l’histoire de la science.”1 Pour que l’on se rende compte de ce fait, toutes les données scientifiques sont là. Il ne reste plus qu’elles soient acceptées par certains cercles scientifiques.

Au cours des pages suivantes, nous examinerons certaines de ces données scientifiques qui mirent à mal la théorie de l’évolution. Nous montrerons ainsi que cette terrible erreur est imputée au niveau scientifique inadéquat du 19ème siècle.

scientifique
 

Le darwinisme est dans une déchéance scientifique totale. Bien qu’il n’ait jamais disposé de base scientifique réaliste, il sembla convaincant pour certains en raison du niveau faible de la science à cette époque. A mesure que la science avança, il devint évident que cette théorie était en réalité une illusion.

 

NOTES

1- Søren Løvtrup , Darwinism: The Refutation of A Myth, Croom Helm, New York, 1987, s.422

 

1 / total 14
Vous pouvez lire le livre IL ÉTAIT UNE FOIS LE DARWINISME de Harun Yahya en ligne, le partager sur des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, le télécharger sur votre ordinateur, l’utiliser dans vos devoirs et thèses, et le publier, dupliquer ou reproduire sur vos sites internet ou blogs sans payer des droits d’auteurs, à condition de citer le site comme référence.
Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top