Le lait maternel et l'hormone prolactine

Agrandir l'écran
 

Le lait maternel est l’un des innombrables miracles qu’Allah a créé. Sa composition contient l’ensemble des éléments nutritifs essentiels au développement du nouveau-né. De plus, sa composition varie en fonction de l’évolution des besoins nécessaires à la croissance du bébé. Les fabricants de cette substance, dont les scientifiques sont incapables de fabriquer un équivalent dans leurs laboratoires, sont des cellules spécifiques localisées dans le sein maternel. Ces cellules détiennent la formule inégalable du lait maternel. Elles savent exactement quand commencer la production et quand modifier la composition du fluide qu’elles produisent. 

Figure 13 : Les hormones impliquées dans la production du lait maternel travaillent exactement comme des techniciens et ouvriers consciencieux et compétents dans une usine. Chaque détail est une manifestation de la Science infinie et de la Sagesse d’Allah.

Sur ce, comment se déclenche la production du lait maternel ? Et comment est-elle contrôlée ? Il suit que, de nombreux miracles de la création se cachent à travers les réponses à ces questions. Les systèmes nerveux et hormonal coopèrent tous les deux dans la production du lait maternel qui est lui-même le fruit d’un système parfait d’organisation et de flux d’informations (Figure 13). 

Une hormone très spéciale active les glandes mammaires situées dans le sein maternel. Cette hormone est la prolactine et est secrétée par la glande pituitaire. 

Cependant, au début de la grossesse, un certain nombre de facteurs limitent la production de la prolactine. Nous pouvons comparer leur fonction à celle de la pression exercée sur une pédale de frein lors d’un mouvement de descente d’une voiture. La tendance de la voiture est de continuer à descendre librement mais cela ne lui est pas possible tant que la pédale de frein est actionnée. De même dans le corps humain, la production de lait est ainsi inhibée. 

Figure 14, 15 : La PIH accélère ou ralentit la synthèse de la prolactine, selon le besoin. La production de lait est ainsi empêchée durant les premiers mois de la grossesse. Ce système n’est bien sûr pas le résultat d’une conception à laquelle les hormones auraient pensé par elles-mêmes. C’est Allah qui crée tous ces détails sans la moindre imperfection.

Stopper la production de prolactine relève d’une décision très sage. En effet, il n’y a aucune raison à ce qu’une mère se mettre à produire du lait maternel avant que son bébé ne vienne au monde. Par conséquent, comment cette « pédale de frein » en question fonctionne-t-elle ? Comment se fait-il que la prolactine ne soit pas secrétée plus tôt que nécessaire ? C’est bien ici qu’entre en action un système parfait. L’hypothalamus, région située dans le cerveau de la mère, sécrète une hormone qui inhibe la production de prolactine. Cette hormone, connue sous le nom de PIH (Hormone Inhibitrice de Prolactine), limite la synthèse de prolactine, mettant ainsi un frein à sa sécrétion. Comment cette pédale de frein est-elle relâchée ? Une hormone connue sous le nom d’œstrogène, de formule chimique C18H24O2, est produite durant la grossesse. Celle-ci permet alors à l’hypothalamus de sécréter la PIH (Figure 14, 15). La sécrétion d’œstrogènes diminue avec la naissance du bébé, ce qui en retour permet une diminution proportionnelle de la PIH. Ce procédé ressemble au « frein » que l’on soulève lentement (Figure 16) et qui permet d’augmenter graduellement la synthèse de la prolactine, stimulant ainsi la production du lait maternel par les glandes mammaires. 

Figure 16 : Après la naissance du bébé, la synthèse d’œstrogènes diminue, ce qui a pour conséquence la diminution de la PIH. Ce procédé ressemble au mouvement instantané de descente d’une voiture qui s’enclenche lentement au fur et à mesure que vous soulevez votre pied de la pédale de frein. De même, lorsque la synthèse de la prolactine augmente graduellement, cela actionne les glandes mammaires qui vont alors se mettre à  produire le lait maternel.

Ce que nous observons ici n’est qu’une merveille de la création. Grâce à ce concept, la production de lait est suspendue durant les premiers mois de la grossesse. Examinons maintenant quelques questions que soulève ce système dans son ensemble : 

Comment les cellules productrices de prolactine reconnaissent-elles les glandes mammaires ? Par quelle intelligence et conscience donnent-elles les ordres adéquats aux cellules responsables de la production du lait ? 

Comment se fait-il que ces hormones (PIH) empêchent la synthèse de la prolactine avant la naissance ? Comment savent-elles que le lait n’a pas encore besoin d’être sécrété à ce moment-là et qu’elles doivent attendre encore un peu pour ça ? 

Comment ces hormones (PIH) ont-elles appris que la prolactine stimule la production de lait en premier lieu ? Et comment ont-elles appris que la synthèse de prolactine doit être freinée pour empêcher la production de lait ? 

La réponse tient du fait que c’est Allah, le Seigneur de l’Univers, qui crée tout ce système miraculeux. Toute chose agit sous Son inspiration.

2011-08-27 00:04:47

Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top