L'atlas De La Creation - Vol.1

Téléchargez le livre

Download (DOC)
Download (PDF)
Acheter le livre
Les commentaires

LES CHAPITRES DU LIVRE

< <
11 / total: 37

6. Fossiles De Cranes

Le Coup Dur Inflige Au Darwinisme Par Les Fossiles De Cranes

imagination, fact, évolutionnistes

Chacun des évolutionnistes qui examinent les fossiles peuvent proposer un scénario différent basé sur sa propre imagination, qui en fait n’a aucune valeur scientifique.

La théorie de Darwin suggérant que les hommes et les singes descendent d'un ancêtre commun ne pouvait pas être soutenue par des preuves scientifiques, ni à l'époque où elle fut avancée pour la première fois ni durant les 150 années qui suivirent. Tous les efforts consacrés à défendre cette fable de l'évolution humaine ont été vains.

Grâce aux fossiles rassemblés, on sait désormais que les singes ont toujours été des singes et que les hommes ont toujours été des hommes ; que les singes ne sont pas transformés en hommes et que les singes et les hommes n'ont pas d'ancêtres communs.

En dépit de l'intense propagande darwiniste et des tentatives d'intimidation dans les cercles académiques, des scientifiques ont trouvé le courage d'exprimer la vérité. David Pilbeam, paléontologue à l'Université d'Harvard est l'un d'eux. Il affirme que la prétendue évolution de l'homme est une idée dénuée de données scientifiques :

Si vous ameniez un scientifique intelligent d'une autre discipline et lui montriez les maigres preuves dont nous disposons, il dirait assurément : "Oubliez ça ; cela ne suffit pas pour tenir la route !"1

William Fix, auteur de The Bone Peddlers (Les colporteurs d'os), un livre sur la paléontologie, affirme également que la dite évolution de l'homme n'est soutenue par aucune preuve scientifique :

Comme nous l'avons vu, il y a de nombreux scientifiques et vulgarisateurs aujourd'hui qui ont la témérité de nous dire qu'il n'y a "aucun doute" sur l'origine de l'homme. Si seulement ils en avaient la preuve… 2

Face à la déception causée par les archives fossiles et le manque de preuve, les évolutionnistes ne peuvent que re-manipuler les faux crânes plusieurs fois et en déduire des spéculations alors même que ces crânes sont reconnus comme des contrefaçons. Cependant, les recherches menées sur les crânes des singes ainsi que ceux des autres êtres vivants et des différentes races humaines ayant vécu par le passé ont révélé que ces êtres vivants ont toujours existé avec les mêmes caractéristiques et qu'ils n'ont nullement changé avec le temps. Cela signifie en d'autres termes que les êtres vivants n'ont pas subi le moindre processus d'évolution et qu'ils ont tous été créés par Dieu Tout-Puissant. Comme en témoignent les exemples des pages suivantes, ainsi que les organes et les membres des êtres vivants tels que les grenouilles, les lézards, les libellules, les mouches, les blattes, leurs têtes n'ont pas changé. La structure de la tête des oiseaux et des poissons est également restée identique. Depuis leur origine, les lions, les loups, les renards, les rhinocéros, les pandas, les tigres, les léopards et les hyènes furent créés, disposant de la même structure au niveau de leur tête depuis des dizaines de millions d'années.

crâne de rhinocéros

Un crâne de rhinocéros fossilisé de 20 millions d'années

Cette anatomie constante infirme le concept d'évolution chez les êtres vivants.

Cette vérité est également valable chez l'homme. Tout comme les dizaines de milliers d'espèces vivantes n'ayant subi aucune altération de la structure de leur tête au cours de millions d'années, l'homme n'a pas subi de changement lié à l'évolution au niveau de son crâne. Les poissons ont toujours été des poissons, les oiseaux des oiseaux, les reptiles des reptiles, et les hommes sont toujours restés des hommes. Aucun organe ni structure chez n'importe quel être vivant n'a évolué d'une forme primitive vers une forme plus avancée, comme le suggèrent continuellement les évolutionnistes.

tiger skull

Un crâne de tigre fossilisé de 20 millions d'années

A TRAVERS LE TEMPS AUCUN CHANGEMENT NE S'EST PRODUIT DANS LES CRANES DES ESPECES

Comme ce fut le cas pour les autres organes et les autres traits, les crânes et la structure des têtes d'espèces variées sont restés exactement les mêmes depuis des millions d'années. Aucun changement lié à l'évolution ne s'est jamais produit dans le crâne d'une quelconque créature vivante. Il en va de même pour l'être humain qui ne connut aucune modification évolutionnaire. Nous avons toujours existé en tant qu'êtres humains, avec toutes nos caractéristiques anatomiques propres. Les crânes mis en avant en tant que preuve de l'évolution appartiennent soit à des espèces disparues de singes ou à des races humaines n'existant plus aujourd'hui. Aucun ne peut être accepté comme preuve de l'évolution.

fossils, rabbit, frog, fish, grasshopper

a)Un poisson-castor fossilisé datant de 54 à 37 millions d'années
b) Le fossile d’une sauterelle datant de 108 à 92 millions d'années
c) Une grenouille fossile de 50 millions d'années
d) Un lapin fossilisé de 30 millions d'années

 

fossil, wasp, herring, neuropteran, trout-perch

a)Un fossile de hareng de 48 à 37 millions d'années
b) Un fossile de guêpe de 48 à 37 millions d'années
c) Un fossile de neuroptère de 125 millions d'années
d) Un fossile de perche de 54 à 37 millions d'années

Homo erectus Certains indigènes de Malaisie vivant aujourd'hui ont d'importantes projections sourcilières et leurs fronts sont inclinés en arrière – une caractéristique propre au crâne de l'Homo erectus.

Alors que les évolutionnistes évoquent la prétendue évolution de l'homme, ils font leur propre arrangement évolutionniste et élaborent leur propre arbre généalogique, en présentant comme preuves les volumes, les projections sourcilières ou les formes des fronts des crânes déterrés. Mais ces différences structurelles ne constituent en aucun cas une preuve de l'évolution, dans la mesure où certains de ces crânes appartiennent à différentes races d'hommes ayant vécu dans le passé et d'autres de ces crânes appartiennent à des espèces de singes éteintes. Il est parfaitement naturel que différentes races humaines présentent des différences dans leurs structures crâniennes. Les espèces de poissons ont également différentes formes de tête. La forme de la tête du saumon n'a, par exemple, rien à voir avec celle de l'anguille, pourtant tous deux sont des poissons.

De la même manière, il existe des disparités dans les formes des crânes chez les différentes races humaines. Les différences au niveau du front, des orbites, des projections sourcilières et du volume crânien sont notables entre les Pygmées et les Britanniques, les Russes et les Chinois, les Aborigènes et les Inuits ou les noirs et les Japonais. Pourtant ces écarts ne permettent pas de dire qu'une race descend d'une autre ou qu'une race est plus "primitive" ou plus "avancée" qu'une autre.

skull, human

LES DISPARITES ENTRE LES CRANES DES RACES HUMAINES
Il est parfaitement naturel qu'un Japonais ait un crâne différent de celui d'un homme noir, d'un Inuit ou d'un Allemand. Ces disparités ne présupposent pas qu'une race est plus ou moins développée qu'une autre et elles ne peuvent en aucun cas servir de preuves à l'évolution. Ces différences reflètent simplement la variété et la suprématie des créations de Dieu.

a) Un homme d'âge moyen du Bengale
b) Un autochtone péruvien ayant vécu au 15ème siècle
c) Un Allemand de 25 à 30 ans
d) Un Zaïrois âgé de 35 à 45 ans
e) Un homme mort dans les Iles Salomon, dans le sud-ouest du Pacifique, en 1893
f) Un Inuit, âgé entre 35 et 40 ans

Aussi longtemps que la lignée aborigène ne se mélange pas avec une autre race, elle conservera les mêmes traits. Peu importe le temps qui passe, ces individus n'évolueront pas de sorte à acquérir des traits différents, comme par exemple un cerveau plus gros ou des caractéristiques anatomiques différentes.

Certains indigènes de Malaisie vivant aujourd'hui ont d'importantes projections sourcilières et leurs fronts sont inclinés en arrière – une caractéristique propre au crâne de l'Homo erectus, que les évolutionnistes qualifient de primitif. Si les suggestions des évolutionnistes étaient justes, alors ces autochtones devraient avoir la structure et l'apparence d'un homme soi-disant sous-développé, récemment descendu des singes. Cependant, ce n'est nullement le cas. Le fait que certains traits anatomiques de l'Homo erectus soient visibles aujourd'hui indique plutôt que l'Homo erectus n'était pas une espèce primitive et que le scénario évolutionniste de "l'arbre généalogique de l'homme" n'est que pur mensonge.

LES DIFFERENTES RACES HUMAINES AYANT EXISTE
DANS L'HISTOIRE NE CONSTITUENT AUCUNE PREUVE DE L'EVOLUTION !

LE NEANDERTALIEN : UNE RACE HUMAINE Neanderthals Les néandertaliens sont une race humaine éteinte qui possédait un goût avancé de l'art et de l'esthétique. Les évolutionnistes ont présenté les néandertaliens comme les ancêtres simiesques des humains, mais de telles déclarations furent réfutées catégoriquement par des découvertes scientifiques récentes.
a) Flûte de néandertaliens

Les néandertaliens (Homo neanderthalensis) sont des hommes apparus en Europe, il y a 100.000 ans, qui cessèrent d'exister, il y a environ 35.000 ans, ou qui ont pu s'assimiler en se mêlant à d'autres races. Les principales différences entre eux et les hommes contemporains se situent au niveau de leur squelette légèrement plus massif et au niveau du volume moyen de leur crâne légèrement plus grand. Les découvertes scientifiques indiquent que les néandertaliens étaient une race humaine à part entière avec un niveau d'intelligence et de culture nullement différents des nôtres. L'homme de Cro-Magnon aurait également appartenu à une race ayant existé, il y a 30.000 ans. Son crâne avait une forme en dôme et un large front. Le volume de 1600 cm3 de son crâne est plus important que celui de l'homme contemporain moyen. Il avait des arcades sourcilières épaisses et un renflement osseux à l'arrière du crâne, ce qui est aussi caractéristique des néandertaliens.

Le même type de différences physiques entre l'homme de Cro-magnon et le néandertalien existe également entre les différentes races humaines de nos jours. Puisque la différence entre un Américain et un Inuit ou entre un Africain et un Européen ne prouve pas que l'un d'eux est supérieur à l'autre, les propriétés physiques de ces races éteintes ne les rendent absolument pas primitives ou simiesques. Ces races furent assimilées par d'autres races ou pour des raisons inconnues, elles disparurent. Ces hommes n'étaient, en tous les cas, ni primitifs ni des créatures à moitié singe. Ils existèrent comme de parfaits êtres humains.

QUELQUES FAUXQUELQUES EXEMPLES DU FAUX SCENARIO DE NEANDERTALIENS Neanderthals Reconstitutions imaginaires de néandertaliens

En somme, les différences anatomiques chez les races humaines ayant vécu par le passé ne représentent pas une preuve de l'évolution. Ces différences anatomiques existent de tout temps, entre chaque race humaine. Les crânes des Américains et des Japonais, des Européens et des Aborigènes, des Inuits, des noirs ou des Pygmées sont différents, sans pour autant qu'on puisse suggérer que certaines races sont plus avancées ou plus primitives que d'autres.

Aborigines

A moins que les Aborigènes ne se reproduisent avec d'autres races, ils resteront des Aborigènes. Ils ne deviendront pas une race européenne. Quel que soit le temps imparti, ces hommes n'acquerront pas des caractéristiques différentes. Le volume de leurs crânes n'augmentera pas et leur anatomie ne changera pas.

Si dans des milliers d'années, un scientifique découvre le crâne d'un Américain de 1,90 mètres, ayant vécu au 21ème siècle, et s'il décide de le comparer avec le crâne d'un Japonais de 1,60 mètres également du 21ème siècle, il observera de nombreuses différences, la première étant la taille.

Se basant sur ces différences, s'il avance que les Américains étaient plus avancés dans le processus évolutionniste imaginaire, alors que les Japonais étaient de simples hominidés primitifs, son interprétation sera loin de refléter la vérité.

Par ailleurs, la taille d'un crâne n'est en aucun cas une mesure de l'intelligence ou de l'habileté d'un être humain. Certains disposent d'un corps convenablement développé mais de capacités mentales restreintes. En revanche, d'autres sont extrêmement intelligents bien qu'ayant un corps et donc un crâne de taille plus réduite. En se reposant uniquement sur la taille, classer les crânes de ces personnes de manière évolutionniste n'aurait aucune valeur scientifique, dans la mesure où un tel arrangement ne refléterait pas les faits. Les différences de volumes crâniens ne se répercutent pas sur l'intelligence ni sur les aptitudes.

Par ailleurs, il faut rappeler que le crâne d'un individu aux activités mentales intenses tout au long de sa vie ne grossit pas. Il devient simplement plus exercé mentalement. L'intelligence ne varie pas selon le volume du cerveau, mais à travers l'organisation des neurones et des synapses au sein du cerveau.3

L'imitation chez les singes n'indique pas
que les singes ont pu devenir des hommes

primitive human, l'imagination des évolutionnistes

AUCUN ETRE HUMAIN PRIMITIF N'A JAMAIS EXISTE
Des créatures mi-singes, mi-hommes telles que celle représentée ici, ou celles que l'on peut voir dans les journaux, les magazines ou même les manuels scolaires n'ont jamais existé. Les singes ont toujours été des singes et les hommes ont toujours été des hommes. Ces dessins sont des produits falsifiés issus de l'imagination des évolutionnistes. Ils ne reflètent pas l'histoire réelle.

Les darwinistes avancent que la capacité d'imitation des singes est la preuve de leur lien avec les humains. Certes, les singes sont capables d'imiter les gestes et les comportements qu'ils voient. S'ils sont suffisamment entraînés, ils peuvent distinguer les formes et les couleurs des objets et réagir intelligemment à des stimuli. Cependant, cela ne signifie pas pour autant qu'ils se sont progressivement transformés en êtres humains avec le temps. Si tel était le cas, alors toutes les espèces animales considérées comme étant intelligentes – les chiens, les chats, les chevaux – auraient dû également devenir graduellement des hommes.

Une fois entraînés, des perroquets sont capables de différencier les formes carrées des cercles, le rouge du bleu et peuvent replacer des objets aux bons endroits. Par ailleurs, ils peuvent parler en imitant les voix humaines, ce dont les singes sont incapables. Auquel cas, si on s'en réfère aux principes déraisonnables des darwinistes, les perroquets seraient les plus à mêmes de devenir des êtres humains.

Le renard est un autre animal connu pour son intelligence. Selon la logique pauvre en raisonnement scientifique des darwinistes, la taille du crâne des renards devrait augmenter progressivement, et proportionnellement à leur intelligence, de sorte qu'à un moment donné ces mammifères puissent évoluer en une espèce aussi intelligente et consciente que l'espèce humaine. Cette transformation ne s'est néanmoins jamais produite. Les renards sont restés des renards.

Il est fascinant de regarder des personnes à la carrière académique bien établie, essayer de défendre ces idées bancales, en les ornant de termes scientifiques et de termes latins. Peu importe comment les singes développent leurs capacités mentales et leur adresse manuelle, peu importe qu'ils sachent imiter ceux qui les entourent, cela ne fait nullement d'eux des êtres humains. Les singes ont toujours été des singes, et ils le resteront toujours. Quels que soient les efforts des évolutionnistes consacrés à prouver le contraire, la vérité est évidente. L'homme est né non pas d'un processus d'évolution, mais grâce à la création de Dieu. Son intelligence et sa conscience lui furent octroyées par Dieu.

L'homme fut créé en tant qu'homme et a toujours existé en tant que tel depuis sa création. C'est précisément ce que la sagesse et la science nous montrent.

Le conte de l'évolution humaine
déborde de mensonges

A travers l'histoire géologique, plus de 6.000 espèces de singes ont existé, dont la plupart ont disparu. Il ne reste, aujourd'hui, que 120 espèces sur terre. Ces 6.000 espèces de singes éteintes représentent une ressource très riche pour les évolutionnistes. Ils créèrent un scénario pour l'évolution humaine adapté à leurs objectifs en arrangeant des crânes d'espèces disparues de singes et d'hommes dans un ordre croissant de tailles et en brodant le tout avec des commentaires basés sur des préjugés. Avec ces méthodes, ils essaient depuis des années de gagner des adhérents à la théorie de l'évolution et de tromper le public. Ils doivent pourtant se rendre compte que désormais leurs méthodes sont inutiles.

Les évolutionnistes fabriquèrent des preuves pour rendre leur scénario de l'évolution humaine plus convaincant :

1. L'homme de Piltdown découvert par Charles Darwin en 1912 était supposé remonter à 500.000 années. Il fut exposé comme preuve absolue de la soi-disant évolution humaine. Cependant, quarante ans après la découverte de ce "fossile", les scientifiques l'examinèrent une fois de plus. Ils en conclurent qu'il s'agissait d'une fabrication. Le crâne de l'homme de Piltdown appartenait à un homme datant de 500 ans et l'os mandibulaire était celui d'un singe récemment décédé. Les dents avaient été arrangées d'une manière spéciale et ajoutées à la mâchoire, tandis que les jointures avaient été limées pour les faire ressembler à celles d'un homme. Tous ces morceaux d'os furent tachés avec du dichromate de potassium pour leur donner un aspect vieilli.

2. En 1922, Henry Fairfield Osborn, le directeur du Muséum Américain d'histoire naturelle déclara qu'il avait trouvé une molaire fossilisée appartenant à l'époque pliocène dans le Nebraska occidental près de Snake Brook. Cette dent supposée présenter des caractéristiques humaines et simiesques provenait d'une nouvelle espèce baptisée "l'homme du Nebraska". A partir de cette dent unique, des reconstitutions de la tête et du corps de l'homme du Nebraska furent déduites. On alla même jusqu'à représenter l'homme du Nebraska entouré de toute sa famille ! Toutefois, en 1927, d'autres parties du squelette furent mises au jour. Elles révélèrent que la dent n'appartenait ni à un homme ni à un singe, mais à une espèce de cochon sauvage américain disparu, Prosthennops.

Ramapithecus

Source d'inspiration: UN SEUL OS DE MACHOIRE
Le premier fossile de ramapithèque découvert était une mâchoire déficiente en deux morceaux (voir ci-dessous). Mais les artistes évolutionnistes n'eurent aucun mal à dessiner un environnement fictif et une famille de ramapithèques, en s'inspirant uniquement de cet os de mâchoire. Une fois que l'on comprit que cette créature n'était en fait qu'un singe ordinaire, le ramapithèque fut discrètement retiré de l'arbre généalogique imaginaire de l'humanité.
(David Pilbeam, "Humans Lost an Early Ancestor", Science, Avril 1982, pp. 6-7)

3. Le ramapithèque est célèbre pour être la plus grande et la plus longue imposture de la théorie de l'évolution. Le nom fut donné aux fossiles découverts en Inde en 1932. Ils étaient supposés constituer la première étape de séparation entre l'homme et le singe qui aurait eu lieu, il y a 14 millions d'années. Ce fossile fut utilisé comme preuve solide des évolutionnistes pendant une cinquantaine d'années. Une analyse ultérieure révéla que les caractéristiques dentaires du ramapithèque étaient relativement similaires à celles de chimpanzés vivants. Le Theropithecus gelada, un babouin de haute altitude vivant en Ethiopie, dispose d'incisives et de canines plus petites comparées à celles d'autres singes vivants. Son visage a aussi la particularité d'être court comme celui du ramapithèque. Dans le numéro d'avril 1982 de Science, un article intitulé "Humans lose an early ancestor" (Les hommes perdent un ancêtre lointain) annonça que le ramapithèque n'était qu'un orang-outan éteint.

4. En juillet 1984, un squelette quasi-complet fossilisé d'un humain évident fut découvert dans le Lac Turkana, au Kenya. On supposa que ce fossile, surnommé le garçon de Turkana, devait avoir environ douze ans et qu'il aurait mesuré 1,83 s'il avait atteint l'âge adulte. La position debout du squelette ne diffère pas de celle des humains d'aujourd'hui. La construction longue et allongé de ce squelette concorde totalement avec les squelettes d'hommes vivants aujourd'hui dans les régions tropicales. Richard Leakey disait que ce garçon n'aurait pas été remarqué dans une foule aujourd'hui.4 Puisque ce squelette humain fut découvert dans une strate datant de 1,6 million d'années, il fut classé comme un représentant des Homo erectus. Le garçon de Turkana est un exemple typique d'une interprétation des fossiles tendancieuse basée sur les préjugés de la part des évolutionnistes.

5. Lucy fut le nom donné à un fossile découvert par l'anthropologue Donald Johanson en 1974. De nombreux évolutionnistes prétendirent que Lucy était la forme transitoire entre les humains et leurs prétendus ancêtres hominidés. Une étude plus précise du fossile démontra que Lucy était un membre d'une espèce de singe disparue, les australopithèques. La taille du cerveau chez les australopithèques est similaire à celle des chimpanzés. D'autres caractéristiques telles que les crânes, le rapprochement des yeux, les molaires tranchantes, la structure mandibulaire, les longs bras et les jambes courtes, constituent autant de preuves que ces créatures n'étaient pas différentes des chimpanzés d'aujourd'hui. Même leur os pelvien était similaire à celui des chimpanzés.5

Lucy, Science et Vie

LE LUCYLE CONTE DE LUCY DISPARAITDISPARAIT
ADIEU LUCY...

Deux anatomistes évolutionnistes, Solly Zuckerman et Charles Oxnard, examinèrent le fossile baptisé Lucy et passé pour l'ancêtre bipède des humains dès qu'il fut découvert. Ils réfutèrent cette affirmation car l'anatomie et la démarche de Lucy ne ressemblaient absolument pas à celle des hommes. Il ne s'agissait en fait que d'un membre d'une espèce de singe.

Les années suivantes, on annonça que Lucy appartenait à une espèce de singe, en couverture notamment du magazine Science et Vie. Les évolutionnistes durent abandonner l'idée que Lucy était l'ancêtre de l'homme.

1. Il existe d'importantes dissemblances anatomiques entre les pieds des hommes et ceux des singes. Les pieds des singes sont plus longs et la voûte chez les hommes n'existe même pas chez les singes.

2. La partie supérieure du corps humain est verticale. Nous marchons droit sur deux jambes. C'est notre mode de mouvement caractéristique. Les singes marchent en inclinant la partie supérieure de leur corps en avant et utilisant leurs bras comme support. Cet écart anatomique entre les hommes et les singes est impossible à combler et en cela, il infirme totalement le conte de l'évolution humaine.

3. Comme vous pouvez le voir sur les illustrations, le pouce opposable, une importante caractéristique de la main humaine, n'existe pas chez le singe

Ces différences suffisent à montrer que l'évolution entre les hommes et les singes est impossible.

6. Richard Leakey présenta le crâne KNM-ER 1470, qu'il disait dater de 2,8 millions d'années comme la plus grande découverte de l'histoire de l'anthropologie. Selon lui, cette créature avait une capacité crânienne réduite comme celle des australopithèques, ainsi qu'un visage similaire à celui des hommes d'aujourd'hui. Il représentait le soi-disant chaînon manquant entre les australopithèques et les humains. Peu après, on se rendit compte que le crâne KNM-ER 1470 dont le visage humain apparaissait souvent sur les couvertures de journaux et revues scientifiques et populaires était le résultat d'un assemblage incorrect de fragments de crânes – erreur qui avait très bien pu être délibérée.

Comme nous l'avons vu, il n'y a pas une seule découverte scientifique venant étayer et encore moins confirmer la théorie de l'évolution, à laquelle quelques scientifiques continuent à croire aveuglément. Ces scientifiques croient au mythe de l'évolution, en dépit de sa faiblesse scientifique. Ils cherchent par ailleurs à faire accepter par les autres en recourant à des reconstitutions trompeuses et à des interprétations basées sur des préjugés. Toutes les informations concernant les soi-disant "ancêtres des humains" et leurs illustrations annexes sont de simples fabrications. Des preuves solides ont démoli le conte de l'évolution humaine.

Au cours des pages suivantes, nous donnons des exemples des innombrables crânes fossilisés remettant en cause la théorie de l'évolution. Ces crânes démontrent qu'aucune de ces créatures vivantes n'a jamais changé à travers l'histoire, qu'aucune ne s'est transformée en une autre espèce et que chaque espèce a toujours existé sous les mêmes traits qu'à son origine.

En plus de ces preuves, il sera question de l'impasse et l'absence de logique de la pensée darwiniste. Les darwinistes prétendent que les espèces se sont améliorées à travers un changement continu. Mais comment peuvent-ils expliquer la cohérence présente chez toutes les créatures vivantes ? La théorie de l'évolution qui défend que les êtres humains sont les descendants des singes devrait également expliquer pourquoi les autres espèces n'ont pas subi un processus de transformation similaire à celui subi par les singes.

Les darwinistes n'ont pas de réponses quand il s'agit de savoir pourquoi les ours n'ont pas décidé de devenir bipèdes un beau jour, ou pourquoi le renard ne s'est pas transformé en un brillant professeur en développant son intelligence, ou pourquoi le panda n'est pas devenu un artiste. Le sujet de l'évolution a été évoqué à travers des exemples et une logique que même les enfants peuvent facilement comprendre, dans le but de proclamer l'aspect irrationnel et inconcevable du darwinisme. Le darwinisme est présenté comme une théorie scientifique, alors qu'en réalité c'est une idéologie irrationnelle et inconcevable.

Comme vous pouvez le voir, le darwinisme est le plus grand scandale de l'histoire, fondé uniquement sur des mensonges, des fraudes et des idées illogiques. Le monde entier témoignera de la chute du darwinisme au 21ème siècle.

_______________________________________________________________________________________________

1. Richard E. Leakey, The Making of Mankind, Londres: Michael Joseph Limited, 1981, p. 43
2. William R. Fix, The Bone Peddlers, New York: Macmillan Publishing Company, 1984, pp. 150-153
3. Marvin Lubenow, Bones of Contention, Grand Rapids, MI: Baker, 1992, p. 136
4 Ibid., p. 83
5 Richard Allan et Tracey Greenwood, "Primates and Human Evolution" du manuel Year 13 Biology, 1999, Student Resource and Activity Manual, (Biozone International, imprimé à New Zealand), p. 260

 

skull, structure, fox

Crane De Renard

Age:8,6 millions d'années
Localisation: Chine
Période: Miocène

En suggérant que les êtres humains descendent des singes, les évolutionnistes utilisent divers crânes comme preuves, selon eux tout du moins. Les scénarios élaborés autour de ces crânes, qui appartiennent soit à des espèces de singes disparues soit à différentes races humaines ayant existé dans le passé, sont tous inventions. Il n'y a eu aucun changement dans l'anatomie générale ni dans la structure crânienne de n'importe quel être vivant au cours du temps. Cela rend d'autant plus irréaliste l'idée que les singes subirent une telle évolution.

Comme le montre le crâne de renard datant de 8,6 millions d'années ici représenté, les renards n'ont jamais changé. Ils n'ont pas décidé soudainement d'améliorer leur intelligence, ni de développer le volume de leur cerveau et ni de se transformer en une autre forme de carnivore en modifiant leurs structures. Les renards ont toujours été des renards, les lions ont toujours existé en tant que lions et les singes sont restés de tout temps des singes.

Des découvertes concrètes indiquent clairement que prétendre que les êtres vivants descendent les uns des autres et que l'ancêtre des êtres humains était une espèce de singe équivaut à un terrible mensonge.

 

wolf skull, fossil

Crane De Loup

Age: 9,5 millions d'années
Localisation: Chine
Période: Miocène

Le crâne de loup de 9,5 millions d'années ici représenté dénote que les loups n'ont subi aucun changement dans la structure de leurs crânes au cours des millions d'années passées. La stagnation s'applique également à tous les autres êtres vivants. Il n'y eut aucune modification crânienne chez les loups, les tigres, les chevaux, les ours ou les singes. Il est par conséquent illogique que les évolutionnistes persistent à affirmer que les singes ont progressivement vu leurs anatomies changer au cours du temps, pour finalement devenir des êtres humains.

Depuis la fin du 19ème siècle, les darwinistes trompent le public avec d'innombrables mensonges maquillés en faits scientifiques. Aujourd'hui, avec les progrès de la science et le développement de l'internet, il n'est plus possible de défendre ce mensonge.

 

tiger skull, fossil

Crane De Tigre

Age: 79 millions d'années
Localisation: Chine
Période: Crétacé

Aucun tigre du nord-est ne s'est dit un jour : "Pourquoi ne pas marcher sur deux pattes ?", avant de se mettre à altérer sa structure squelettique.

Comme le révèle ce fossile de 79 millions d'années ici représenté, les tigres du nord-est n'ont subi aucun processus de changement. Cela s'applique aussi à tous les êtres vivants. Chaque espèce est née avec ses caractéristiques propres et est demeurée la même aussi longtemps qu'elle a existé sur terre. Les idées selon lesquelles les espèces vivantes sont en constant changement, qu'elles se développent d'un stade primitif vers un stade plus avancé et qu'elles descendent toutes les unes des autres, ne sont que les fruits d'une imagination fertile, défendues par aucune découverte scientifique.

 

fossils, fox skull

Crane De Renard

Age: 95 millions d'années
Localisation:Chine
Période: Crétacé

Les darwinistes croient que si des coïncidences aveugles peuvent se répéter pendant des millions d'années, alors ils peuvent produire des miracles. Ils s'imaginent que le hasard aveugle peut transformer des substances inanimées comme la terre, en êtres vivants et qu'il a également la capacité de transformer une espèce vivante en une autre : les poissons en crocodiles, les crocodiles en dinosaures, les dinosaures en oiseaux ou les ours en baleines. Le fait est cependant qu'aucun renard, ni crocodile, ni lézard, ni poisson, ni algue, ni fleur n'ont subi le moindre changement. Les fossiles remontant à des centaines de millions d'années prouvent que les êtres vivants ne présentent aucune modification ni transformation. Comme le crâne de renard datant de 95 millions d'années ici représenté, tous les fossiles indiquent que le darwinisme n'est pas valable.

 

Brown bears, Brown bear, fossil, skull

Crane D'ours Brun

Age: 90 millions d'années
Localisation: Chine
Période: Crétacé

Les ours bruns (Ursos arctos), membres de la famille des ursidés, ont une fourrure brune ou parfois de couleur crème. Ils vivent généralement dans les régions montagneuses et forestières.

Aucun ours brun ne s'est jamais dit : "Pourquoi ne pas améliorer mon intelligence, modifier mon crâne et fonder une civilisation ?" Après quoi, il se serait mis à construire des villes, fabriquer des œuvres d'art, rédiger de la littérature ou faire des découvertes scientifiques. Les ours ont toujours existé en tant qu'ours et ils n'ont jamais engendré une autre espèce que celle des ours.

Tous les êtres vivants survivent avec exactement les mêmes caractéristiques que celles qu'ils ont toujours possédées. Il est donc assez illogique et irrationnel d'affirmer que les singes sont progressivement devenus des êtres humains. D'autant plus qu'une telle théorie ne dispose pas de la moindre base scientifique.

 

fossil, wolf skull

Crane De Loup

Age: 9,3 millions d'années
Localisation: Chine
Période: Miocène

Si les déclarations des évolutionnistes étaient vraies, alors les crânes des loups ayant vécu il y a 9,3 millions d'années devraient se distinguer de ceux des loups d'aujourd'hui. Mais comme le montre le spécimen ici représenté, le crâne du loup actuel et celui du loup de 9,3 millions d'années sont identiques. Aucun loup ne s'est jamais mis au défi de développer ses capacités et de composer un opéra, par exemple. Au cours de ces millions d'années, aucun loup n'a voulu devenir musicien ni architecte.

Comme le prouvent clairement les archives fossiles, les loups, mais aussi toutes les autres espèces vivantes, n'ont jamais subi de changements dans leur structure physique. Aucune forme de vie ne s'est développée à partir d'une autre. Les darwinistes prétendent néanmoins que les changements évolutionnaires – dont on ne trouve aucune trace chez les poissons, les insectes, les reptiles, les oiseaux ou les mammifères – eurent lieu chez les singes, aboutissant à l'apparition des êtres humains. Pourtant, la stagnation chez toutes les espèces vivantes suffit à démontrer que cette idée est totalement fausse.

 

fox skull, fossil, Creation

Crane De Renard Arctique

Age: 8,2 millions d'années
Localisation:Chine
Période: Miocène

Influencés par la capacité d'imitation des singes, les darwinistes avancent que ces animaux ont réussi à améliorer leur intelligence et à devenir des êtres humains. Le fait est, toutefois, que de nombreux êtres vivants dans la nature sont capables d'imiter ou sont connus pour leur comportement hautement intelligent. Le renard est un exemple d'animal très intelligent et très futé. Pourtant aucun renard ne s'est jamais dit un jour : "Puisque je suis un animal si intelligent, pourquoi est-ce que je ne deviens pas un scientifique ? ", avant de se lancer dans l'examen de cellules sous un microscope électronique ! Aussi intelligents soient-ils, les renards sont toujours restés des renards.

De la même manière, et comme le soutiennent les découvertes scientifiques, les singes ont toujours existé en tant que singes et les êtres humains en tant qu'êtres humains. Le fait que les évolutionnistes ignorent les preuves scientifiques et qu'ils tentent de masquer les faits n'y change rien. La création est à l'origine de la vie.

 

panda, fossil, skull

Crane De Panda

Age: 88 millions d'années
Localisation: Chine
Période:Crétacé

Les archives fossiles indiquent que les pandas ont toujours existé en tant que pandas, sans subir la moindre évolution. La preuve en est ce crâne de panda fossilisé depuis 88 millions d'années ici représenté.

Aucun panda ne s'est jamais laissé aller à dire un jour : "Je peux me redresser sur deux pattes de temps en temps, alors pourquoi ne pas me redresser et marcher tout le temps sur deux pattes ?" Suite à quoi, il se serait mis à modifier sa structure squelettique. Les pandas sont restés identiques, avec les mêmes caractéristiques que celles qu'ils présentent aujourd'hui encore, en dépit du passage de dizaines de millions d'années.

Ce fait n'est pas propre au panda, toutes les autres formes de vie sont concernées. Aucun être vivant n'a, en somme, subi un quelconque processus d'évolution ni une quelconque transformation.

 

tiger, skull, fossil

Crane De Tigre

Age: 88 millions d'années
Localisation: Chine
Période: Crétacé

La manipulation de crânes appartenant à des espèces éteintes de singes et la présentation de ceux-ci comme preuve de la prétendue évolution humaine font partie des pratiques des darwinistes. Bien que chacune de leur fabrication frauduleuse ait été révélée à chaque fois, leur persévérance dans cette voie indique leur degré de désespoir. Des millions de spécimens de fossiles appartenant à d'innombrables formes de vie ont prouvé, en effet, que ni les êtres vivants que nous voyons aujourd'hui ni ceux qui vécurent par le passé et qui se retrouvent abondamment dans les archives fossiles, n'ont subi la moindre évolution.

Les fossiles soutiennent que les tigres ont toujours existé en tant que tigres, que les loups ont toujours été des loups, les rhinocéros des rhinocéros, et les orangs-outans des orangs-outans.

Ce fossile appartenant à un tigre datant de 88 millions d'années en est justement l'illustration. Les crânes de tigres ayant vécu il y a 88 millions d'années sont identiques à ceux des tigres vivant aujourd'hui.

 

Fossils, bear

Crane De D'ours

Age: 80 millions d'années
Localisation: Chine
Période: Crétacé

La tendance des médias à représenter le darwinisme comme un fait scientifique "indiscutable" est, en réalité, le résultat d'une lutte idéologique. Le darwinisme est reconnu comme une théorie démodée qui s'oppose de plus en plus aux découvertes scientifiques. Les fossiles font partie de ces découvertes.

Les évolutionnistes défendent que les êtres humains et les singes descendent d'un ancêtre commun, mais sont incapables d'expliquer l'absence du moindre changement dans la structure du crâne, de la tête ou du squelette chez les êtres vivants au cours des dizaines de millions d'années écoulées. Ils ne peuvent pas non plus répondre à la question de savoir pourquoi les singes seraient un jour devenus des hommes alors qu'aucune transformation analogue n'eut lieu dans l'anatomie d'autres espèces. Les évolutionnistes ne disposent pas de réponses rationnelles quand il s'agit de savoir pourquoi les singes et les ours n'ont pas commencé à parler, à composer, à produire des images et des statues, à ériger des bâtiments impressionnants, à écrire des romans, des poèmes, des pièces de théâtre ou des scénarios, à faire de découvertes technologiques et à explorer l'espace.

Aucun ours n'a décidé un jour d'améliorer ses caractéristiques et de se transformer en une autre forme de vie. De la même manière, les singes ne sont pas devenus des êtres humains. Les ours ont toujours existé en tant qu'ours, les singes en tant que singes, et les êtres humains en tant qu'êtres humains.

Le fossile appartenant à un ours de 80 millions ici représenté, ne diffère nullement des spécimens vivant aujourd'hui, mettant ainsi ce fait au grand jour.

 

Siberian wolf, fossil, skull

Crane De Loup De Siberie

Age:80 millions d'années
Localisation: Chine
Période: Crétacé

Ce crâne de léopard datant de 80 millions d'années prouve que les léopards ont toujours été des léopards et que l'espèce ne s'est jamais modifiée au cours de l'histoire. Aucun léopard ne s'est dit par exemple : "Puisque je peux courir très vite, pourquoi ne pas modifier mon squelette de sorte à devenir un athlète ?" Suite à quoi, il transforma son anatomie et remporta une médaille olympique ! Quelles que soient ses caractéristiques au moment de son apparition, les léopards en sont toujours pourvus depuis des dizaines de millions d'années. Ils n'ont, en somme, jamais subi une quelconque évolution.

 

11 / total 37
Vous pouvez lire le livre L'atlas De La Creation - Vol.1 de Harun Yahya en ligne, le partager sur des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, le télécharger sur votre ordinateur, l’utiliser dans vos devoirs et thèses, et le publier, dupliquer ou reproduire sur vos sites internet ou blogs sans payer des droits d’auteurs, à condition de citer le site comme référence.
Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top