La Cellule En 40 Leçons

Téléchargez le livre

Download (DOC)
Download (PDF)
Les commentaires

LES CHAPITRES DU LIVRE

< <
3 / total: 42

2. Le système de sécurité parfait de l’organisme

La vasopressine a aussi une autre aptitude : elle peut contracter les vaisseaux sanguins et ainsi y élever la pression du sang. Ce système, spécialement conçu pour notre sécurité, est également une autre preuve de l’apparition de l’homme selon un processus spécial de création. Afin que ce système puisse fonctionner en toute circonstance, un vaste et complexe plan d’organisation a été mis en œuvre. Des récepteurs très spécifiques, mesurant la pression du sang, sont situés dans tout le système vasculaire qui s’étend des oreillettes du cœur jusqu’à l’intérieur du cœur lui-même.

Il est bien connu que des appareils technologiques doivent être utilisés pour pouvoir mesurer la pression artérielle. Ces instruments ont été développés grâce à la collaboration d’experts dans des domaines très variés et ont été fabriqués en utilisant une technologie avancée. Pourtant, à l’intérieur de nos cœurs, de minuscules molécules, invisibles à l’œil nu, effectuent la même tâche. Il s’agit de molécules sans organes sensoriels ni aucune conscience avec laquelle ils pourraient ressentir quelque chose. Comment ces récepteurs peuvent-ils mesurer la valeur de la pression artérielle et y être aussi sensible ? De plus, comment se fait-il que ces récepteurs se trouvent placés dans le cœur, exactement au bon endroit ? La réponse à toutes ces questions révèle l’existence d’Allah et la magnificence de Sa création.

Tout comme une connexion par câble, ces récepteurs sont connectés à la glande pituitaire au moyen de nerfs. Dans des conditions de pression artérielle normales, ces récepteurs sont constamment stimulés pour envoyer à la glande pituitaire, via ces nerfs, un courant électrique continu (Figure 11). Aussi longtemps que la glande pituitaire recevra ces signaux, elle inhibera la sécrétion de vasopressine. Toujours prêts à réagir, les membres de ce système de sécurité n’entreront jamais en action tant qu’ils ne recevront pas ’’ l’aval ’’ du centre de contrôle d’où celui-ci est installé.1

A quel moment alors entre en action cet appareil de sécurité qu’est la glande pituitaire ? Lors d’une hémorragie grave lorsque le corps perd beaucoup de sang et que le volume de sang – et par conséquent la pression du sang – diminue dans les veines, présentant ainsi un grand danger pour le patient.

Lorsque la pression artérielle chute, les récepteurs situés dans les vaisseaux sanguins envoient un signal à la glande pituitaire, et le cœur s’arrête. La glande pituitaire se met alors en état d’alerte et secrète la vasopressine (Figure 12). Dès que la glande pituitaire perçoit l’arrêt du signal, elle fait alors immédiatement preuve de ce qui semble être une réaction tout à fait consciente. Stupéfiant ! Quand on sait que ce comportement apparemment conscient émane de molécules minuscules elles-mêmes composées d’une combinaison d’atomes particuliers !

La vasopressine provoque alors la contraction immédiate du muscle autour des vaisseaux sanguins, ce qui engendre l’élévation de la pression artérielle. Ce système, comportant un certain nombre d’éléments interdépendants, est en réalité hautement complexe. Il soulève un certain nombre de questions importantes qui méritent réflexion.

  • Comment les cellules de l’hypothalamus synthétisant la vasopressine ont-elles pris connaissance de la structure des cellules musculaires du système vasculaire situées si loin d’elles ?
  • Comment ont-elles appris qu’elles doivent contracter ces vaisseaux pour pouvoir y élever la pression artérielle ?
  • Comment se fait-il que ces cellules sachent synthétiser la formule chimique exacte de la molécule qui active la vasoconstriction ?
  • Comment un système d’alerte aussi parfait a-t-il pu se mettre en place tout le long des nerfs qui connectent le cœur à la glande pituitaire ?
hipotalamus

Figure 11: Les récepteurs situés au niveau du cœur sont connectés à la glande pituitaire au moyen de nerfs. Dans des conditions de pression artérielle normales, ces récepteurs sont constamment stimulés pour envoyer à la glande pituitaire un courant électrique continu.

Figure 12: Lorsque la pression du sang chute, les récepteurs situés au niveau du cœur cessent d’envoyer des signaux à la glande pituitaire. Cela conduit la glande pituitaire à se placer en état d’alerte et à libérer de la vasopressine.

Nul doute que nous avons en face de nous, ici, la preuve d’une création parfaite. Et ceci suffit à montrer que le corps humain n’est pas le fruit d’une série de coïncidences aveugles, mais bien le résultat de la création d’Allah. Les évolutionnistes maintiennent que les systèmes de communication et d’alarme de l’organisme ont vu le jour par hasard. Et que les cellules ont spontanément pensé la mise en place de ce système puis l’ont conçu et construit. Mais le fait de défendre une telle allégation reflète de leur part un manque de logique grave ! En effet, affirmer une telle chose revient à dire que des matériaux stockés dans un terrain vague tels que du ciment, des briques et des câbles électriques peuvent donner naissance à un gratte-ciel suite au passage d’une tornade, puis que des tempêtes ultérieures peuvent équiper le gratte-ciel d’un système électrique, puis plus tard encore, qu’un système de sécurité parfait peut se mettre en place seul.

Aucune personne douée d’un minimum de bon sens ne pourrait jamais accepter une telle affirmation. Pourtant, ce que les évolutionnistes affirment est encore plus illogique ! Déterminés à renier l’existence d’Allah (Allah est au-delà de ça), ils défendent la théorie de l’évolution sans même se rendre compte à quel point leurs allégations sont déraisonnables ! De fait, de quelque manière que ce soit, Allah a donné naissance à toute chose selon une création parfaite. La preuve est évidente aux yeux de tous.

hipotalamus

a. Anterior pituitary gland
b. Pituitary gland
c. Central section

 

Footnotes

1- Terzioglu Meliha, Oruc Tulin, Yigit Gunnur, Fizyoloji Ders Kitabi (“Physiology Course Book”), Istanbul, I. U. Basimevi ve Film Merkezi, 1997, p. 399.

3 / total 42
Vous pouvez lire le livre La Cellule En 40 Leçons de Harun Yahya en ligne, le partager sur des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, le télécharger sur votre ordinateur, l’utiliser dans vos devoirs et thèses, et le publier, dupliquer ou reproduire sur vos sites internet ou blogs sans payer des droits d’auteurs, à condition de citer le site comme référence.
Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top